Livres de poche de Science-Fiction, Fantasy, Horreur et Fantastique
News, Parutions, Bibliographies, éditeurs, Top
Science-Fiction
Fantasy
Horreur
Fantastique
Liste des auteurs
RECHERCHE PAR TITRE    

Saga de Hawkmoon (6) - Le champion de Garathorm

( Runestaff (6) - The Champion of Garathorm )

couverture
Illustration : illustrateur


MEILLEUR LIVRE DE FANTASY
Position actuelle : 59
Voter pour ce livre
Nombre de votes : 325
Auteur :Michael MOORCOCK
Année de création : 1973
Sous-genre : Héroïc Fantasy
Edition :
2008Pocket( n° 5344 )
 
Quatrième de couverture :

Hawkmoon dépérit. Une messagère vient requérir son aide : des guerriers mystérieux ont pris la ville de Garathorm. Sont-ils envoyés par les Seigneurs du Chaos qui cherchent à manipuler l’histoire parce que leur propre monde est à l’agonie ?

C’est assez pour Hawkmoon. Ils ont dû surgir d’un passage entre les dimensions. Il affronte l’armée inconnue, prêt à tout pour trouver un chemin vers Yisselda, son amour perdu. Pour la rejoindre, une seule solution : guérir la blessure du multivers. Une tâche à la mesure du Soldat du Destin.



Annotations diverses :

Le 7e et dernier tome de La légende de Hawkmoon, La quête de Tanelorn, paraîtra en février 2008 chez Pocket.




 

Note moyenne donnée par les internautes :  ( 1 vote )

Très bien   le 16/01/2010 > Excellent
Le champion de Garathorm, avant dernier tome de La légende de Hawkmoon, qui en comporte sept, est tout bonnement fascinant, voir même déroutant par certains aspects, et c’est avec un certain plaisir que je me lance dans sa critique, encore stupéfait de ce que j’ai put y trouver. Ce n’est pas vraiment que ce sixième tome des aventures du Duc Dorian Hawkmoon soient exceptionnelles en elle-même de part le style d’écriture, l’intrigue où les rebondissements, mais bien plus par un contenu qui dénote énormément (surtout dans sa première partie) avec le reste de la saga, entraînant le lecteur dans des chemins encore inexplorés et inattendus mais qui n’en fonctionnent pas moins, bien au contraire. Certes, ce deuxième cycle de La légende de Hawkmoon connaît ses détracteurs qui ne souhaitent s’en tenir qu’aux quatre premiers tomes de la saga, mais j’avoue que même si tous les goûts sont dans la nature, j’ai énormément de mal à comprendre leur raisonnement tant cette suite, différente certes, se révèle plus que pertinente, pour l’ensemble du cycle bien entendu, mais même, comme on le verra par la suite, pour l’intégralité du cycle du Champion éternel, rien que ça.

Incontestablement, Le champion de Garathorm vaut surtout pour sa première partie du récit, qui est à mes yeux, l’un des moments les plus intéressants de la saga dans son ensemble ; depuis ses débuts, j’ai put à maintes reprises déplorer le manque flagrant de profondeur et de charisme du sympathique Dorian Hawkmoon, bien loin de la classe évidente de son illustre prédécesseur, le mythique Elric de Melniboné. En fait, tant ses compagnons étaient plutôt bien travailler, tant le Duc de Köln manquait de profondeur, n’étant qu’un héros de fantasy comme il en existe tant : courageux, fidèle, assez bon guerrier et meneur d’hommes ; bref, de quoi s’ennuyer un peu. Or, la métamorphose de celui-ci commença doucement a s’effectuer des le début du début du deuxième cycle, et Hawkmoon, petit à petit, gagnait en intérêt, jusqu’à a l’apothéose, toujours à mes yeux, que fut la première partie du Champion de Garathorm : littéralement abattu par la disparition de sa femme et ses enfants à la fin du Comte Airain (ceux-ci ont-ils réellement existés ? Ne les a-t-il pas imaginé ? N’était il pas fou ?), ne sachant plus a quel sens se fier, doutant de lui mais cherchant par tous les moyens à les retrouver, Hawkmoon, de plus en plus isolé du monde, de ses proches, sombre doucement dans la folie, dans la décrépitude la plus totale, se laissant mourir de désespoir, et ce, au grand dam du Comte Airain, impuissant à soutenir son ami. Bref, il aura fallu que le vainqueur de l’Empire Grandbreton touche le fond pour qu’enfin, il devienne véritablement intéressant ; un peu sadomasochiste comme raisonnement, je le conçois, mais bon, Elric serait il rentré dans la légende sans son coté tourmenté et obscur ? Bien évidemment, non. De plus, l’ensemble est superbement bien écrit, avec un Michael Moorcock inspiré qui sait parfaitement retranscrire le sentiment de désespoir intense et de fuite en avant de son héros. Bref, un véritable petit régal que cette première partie.

La suite, plus conventionnelle de part sa structure narrative, n’en est pas moins intéressante et mérite elle aussi le détour, ne serais ce que par l’idée originale d’avoir pour protagoniste principal un avatar féminin du Champion Eternel, Ilian de Garathorm. Tiré de sa torpeur par une ancienne amie du Comte Airain, Katinka van Bak, et par l’un des compagnons du Champion, ici Jhary-a-Conel, qui l’entraîne dans une quête avec l’espoir fou de retrouver sa chère et disparue Yisselda, Hawkmoon se voit arriver dans un autre monde, bien différent du sien et sous une nouvelle identité, celle d’Ilian. Dans le corps de celle-ci, il/elle devra avoir à faire à une armée disparate amenée là par les seigneurs du Chaos et menée de main de maître par Ymril à la Corne jaune, fidèle serviteur d’Arioch, et le… Baron Kalan du ténébreux Empire (encore lui). Seigneurs du Chaos, Arioch, Multivers, avatars du Champion et du compagnon, on entre enfin de plein pied dans la cosmologie Morcoockienne et les liens avec les autres séries de l’auteur commencent enfin à apparaître, ce qui, il faut bien le reconnaître, était temps. Bien évidement, Hawkmoon/Ilian parviendra à vaincre Ymril, a repousser les forces du Chaos, que l’on sent plus que perturbées par un événement d’ampleur cosmique, la conjonction de millions de sphères, et a retrouver Yisselda, mais avant d’y parvenir, il faudra bien des péripéties. Bref, cette deuxième partie si elle est moins originale n’en comporte pas moins un intérêt certain, ne serais ce que pour deux choses : une femme Champion éternel et, bien entendu, le rapprochement spectaculaire et bienvenu d’Hawkmoon avec les autres séries du cycle du Champion comme Elric, Corum et Erekosë.

Au final, Le champion de Garathorm restera pour moi comme l’un des meilleurs tomes de la saga de Hawkmoon, assez diversifier avec un Hawkmoon enfin intéressant et un rapprochement avec le reste du cycle du Champion Eternel. Un avant dernier tome indispensable et que j’aurais pris énormément de plaisir à lire, sans aucun doute possible.
 




Accueil | Collections | Auteurs | Science-Fiction | Fantasy | Fantastique | Horreur
| Admin | Infos | Info légales
©2004-2019 PocheSF.com