Livres de poche de Science-Fiction, Fantasy, Horreur et Fantastique
News, Parutions, Bibliographies, éditeurs, Top
Science-Fiction
Fantasy
Horreur
Fantastique
Liste des auteurs
RECHERCHE PAR TITRE    

Cycle de Fondation (5) - Terre et Fondation

( Foundation and Earth )

couverture
Illustration : illustrateur


MEILLEUR LIVRE DE SCIENCE-FICTION
Position actuelle : 87
Voter pour ce livre
Nombre de votes : 452
Auteur :Isaac ASIMOV
Année de création : 1986
Sous-genre : Space Opera - Hard Science
Edition :
2001Folio( n° 51 )
2009Folio( n° 339 )
 
Quatrième de couverture :

La Terre. Tout porte à croire que le légendaire berceau de l'humanité se trouve au coeur d'un vaste plan à l'échelle galactique, destiné à garantir en coulisses la pérennité de la civilisation : une synthèse parfaite entre le matérialisme de la Première Fondation et le mentalisme de la Seconde, mise en oeuvre par une mystérieuse puissance.

Mais comment trouver une planète que beaucoup croient mythique, et dont toute trace a inexplicablement disparu des archives galactiques ?

Figure emblématique et tutélaire de la science-fiction, Isaac Asimov (1920-1992) s'est imposé comme l'un des plus grands écrivains du genre par l'ampleur intellectuelle de ses créations littéraires. Il se rendit mondialement célèbre grâce aux séries Fondation et Les robots.


 

Note moyenne donnée par les internautes :  ( 7 votes )

Incontournable jéjé  le 13/07/2015 > 
Fin de l'énorme saga d'asimov. Grandiose, un des meilleur a mon avis du cycle (sans parler du 1er) et qui prend tout son sens quand on a lu toute la saga depuis "les robots".
 
Bien   le 28/11/2010 > Mitigée
Je viens de finir de lire ce dernier tome et mes impressions sont mitigées. Les cotés positifs : l'histoire est toujours aussi prenante, la quête de Trévize, Pel et Joie nous accroche au fil des lignes du roman, la fin est complètement inattendue et relie très bien les différents sagas de l'auteur. Le coté négatif bien qu'unique n'est pas à négliger : avec le tome précédent, ce tome est complètement différents des 3 premiers, l'histoire prend un virage à 90° voir à 180°. Alors on n'aime ou on n'aime pas... De mon coté je n'ai pas détesté, mais je n'ai pas été autant enthousiasmé que lors de la lecture de 3 premiers tomes de Fondation.
 
Incontournable Guy  le 09/08/2010 > une conclusion magistrale
Je fais partie de ceux qui adorent cette conclusion inattendue aux trois cycles de ce bon vieux Docteur ASIMOV.
Je l'ai lu il y a déjà longtemps , j'en ai oublié les détails mais je me rappelle encore mon admiration pour l'ingéniosité d'Asimov d'avoir réussi à relier ses trois cycles (les robots , le cycle de Trantor et le cycle de Fondation) et à leur donner une conclusion magistrale !!!
 
Incontournable   le 08/08/2010 > Une fin innatendue
Terre ! Terre ! Plus que jamais, la quête de la Terre, notre bonne vieille Terre, est le cœur principale de l’intrigue de ce dernier volume du Cycle de Fondation, et bien entendu, c’est donc a un long et périlleux voyage à travers la Galaxie qu’Isaac Asimov entrainera ses lecteurs dans un long récit, bien différent de part le fond et la forme, ce qui était déjà le cas dans le tome quatre, de la première partie du cycle. Un roman étonnant donc de prime abord, mais pas uniquement dans son style d’écriture, forcement différent des débuts comme je l’avais déjà dit lors de la critique de Fondation foudroyée, mais aussi de part ses implications quant au nœud narratif du cycle dans son ensemble, c'est-à-dire, la remise en cause claire et nette de la fameuse psychohistoire et du célèbre Plan Seldon, rien que ca ! Ainsi, c’est pour ses raisons, et quelques autres, que ce tome final, depuis sa parution il y a une vingtaine d’années, fait débat dans la communauté des fans de l’univers crée par Asimov, les déchirant parfois, les uns trouvant que celui-ci conclue bien le cycle, d’autres détestant tout bonnement, les derniers, dont je fais parti, étant un peu partagé, que cela soit dans un sens comme dans l’autre. Pourquoi donc ? Je vais essayer de vous l’expliquer sans faire de révélations de l’intrigue qui pourraient forcement gâcher le plaisir de la découverte aux nouveaux lecteurs, ce qui, il me semble, n’est pas chose aisée.

Indéniablement, depuis les débuts du cycle de Fondation, et au fur et a mesure que celui-ci avançait, que pouvait donc attendre le lecteur lorsqu’il arriverait a la dernière page du dernier tome ? Et bien, cela peut paraître d’une simplicité enfantine mais comme souvent, il est inutile de chercher les complications puisque toutes ces milliers de pages couvrant