Livres de poche de Science-Fiction, Fantasy, Horreur et Fantastique
News, Parutions, Bibliographies, éditeurs, Top
Science-Fiction
Fantasy
Horreur
Fantastique
Liste des auteurs
RECHERCHE PAR TITRE    

L'énigme de l'univers

( Subjective Cosmology Cycle (3) - Distress )
Très bien

couverture
Illustration : illustrateur


MEILLEUR LIVRE DE SCIENCE-FICTION
Position actuelle : 269
Voter pour ce livre
Nombre de votes : 121
Auteur :Greg EGAN
Année de création : 1995
Sous-genre : Hard Science
Edition :
2012Livre de poche( n° 7233 )
 
Quatrième de couverture :

Sur l'île artificielle d'Anarchia, Andrew Worth, journaliste scientifique, enquête sur l'énigme de l'Univers. Un colloque y réunit les plus grands physiciens de la planète qui doivent révéler l'équation ultime, celle qui complétera, ou encore achèvera, la physique.

Mais ce secret défie les Cultes de l'ignorance qui prolifèrent en ce milieu du XXIème siècle et qui tiennent pour impie toute révélation sur les mystères de la Création. La plus secrète des sectes prend pour cible Violet Mosala, la plus jeune prix Nobel de l'Histoire. Et voilà Worth devenu involontairement son protecteur, alors que l'enfer se déchaîne.

Greg Egan, l'écrivain le plus intelligent de la science-fiction contemporaine, dresse ici un tableau spectaculaire de la science, de la société, des superstitions et des contradictions du milieu du nouveau siècle.



Annotations diverses :

Malgré certains passages ardus pour les lecteurs peu au fait des théories sur la nature de l'univers (mais que la magistrale préface de Gérard Klein explicite en partie), ce roman a le mérite de donner une vision synthétique très crédible de la science et de la société du XXIe siècle, tout en débouchant sur des conclusions métaphysiques proches de la magie ou de l'irrationnel, mais qui semblent inséparables d'une Théorie du Tout. La réédition en poche ne vous laisse plus aucune excuse de n'avoir pas lu ce chef d'œuvre de Greg Egan.

Claude Ecken dans Galaxies 22 (2001)



Critique :

L'Enigme de l'univers démarre par un premier chapitre absolument spectaculaire (peut-être l'un des meilleurs qu'il nous ait été donné de lire ces dernière années) et se poursuit par la description d'un monde hallucinant où la bio-technologie et l'informatique ont bouleversé tous les repères au niveau des valeurs et du sens à donner à l'existence. Greg Egan nous livre ainsi, mélangeant habilement cyberpunk et hard science, la vision d'une société totalement désemparée qui se situe dans un futur proche (l'action se situe en 2055).

C'est avec une véritable passion que l'on dévore cette première partie où sont présentés, alors que le narrateur de l'histoire (le journaliste Andrew North) monte son reportage intitulé Intox ADN, les différentes formes de sexualité qui se sont progressivement développées au sein de la société, les militants de l'autisme volontaire, les individus qui modifient leur appareil génétique pour ne plus subir l'action des virus naturels, etc.

Mais, très vite, G. Egan dépasse la problématique de l'impact des biotechnologie sur la société, pour étendre son sujet à la cause ultime qui donne forme et structure à l'univers. Le propos de l'auteur repose sur le fait que, seule la physique et son équation ultime, peuvent donner un sens à ce monde désemparé par les innovations technologiques.

Il en profite au passage pour égratigner tous ceux qui s'opposent à la science au nom de la défense des cultures traditionnelles et du passé, et qui se sont d'ailleurs organisés en sectes, les Sectes Ignorantes. Car dans ce futur, l'ignorance, la volonté de refuser de percer les secrets ultimes de l'univers est devenu une valeur défendue par un grand nombre de personnes. On le voit, sous couvert d'un récit de science- fiction, c'est de notre époque dont il est question, une époque qui est en effet de plus en plus marquée par la nostalgie du passé et par un rejet des dernières découvertes et innovations scientifiques (OGM, clonage, etc.). Une époque où, de plus en plus d'individus revendiquent l'humain face à la science, comme si l'humanisme devait irrémédiablement s'opposer aux grandes découvertes scientifiques.

Toutefois, la seconde partie de l'ouvrage est émaillée de descriptions qui gênent la progression de l'intrigue (par exemple, un chapitre entier est quasiment consacré à la description du mode de fonctionnement et de production de l'île artificielle d'Anarchia). De plus, G. Egan ne prend pas la peine de vulgariser ses spéculations scientifiques, rendant ainsi la lecture difficile pour les lecteurs ne possédant pas un minimun de culture scientifique. Mais, si on fait l'effort de dépasser ces difficultés de lecture, on aboutit à un final spectaculaire qui permet à l'auteur de nous faire découvrir une véritable métaphysique matérialiste.

Tout comme dans son précédent roman, La Cité des Permutants, G. Egan, nous livre donc une oeuvre absolument novatrice, sans doute, indicatrice de la forme que pourrait prendre la science-fiction du 21e siècle.

Jeremy BLAMPAIN




Plus d'infos :

 




Accueil | Collections | Auteurs | Science-Fiction | Fantasy | Fantastique | Horreur
| Admin | Infos | Info légales
©2004-2019 PocheSF.com