Livres de poche de Science-Fiction, Fantasy, Horreur et Fantastique
News, Parutions, Bibliographies, éditeurs, Top
Science-Fiction
Fantasy
Horreur
Fantastique
Liste des auteurs
RECHERCHE PAR TITRE    

La cité des permutants

( Subjective Cosmology Cycle (2) - Permutation City )

couverture
Illustration : illustrateur


MEILLEUR LIVRE DE SCIENCE-FICTION
Position actuelle : 122
Voter pour ce livre
Nombre de votes : 361
Auteur :Greg EGAN
Année de création : 1994
Sous-genre : Anticipation
Edition :
2000Livre de poche( n° 7224 )
 
Quatrième de couverture :

Etre une copie de soi-même, est-ce continuer à être soi-même ? C'est la question que se pose Paul Durham tandis qu'il multiplie ses doubles informatiques. Et il fait une découverte bouleversante : c'est qu'un univers virtuel conçu d'une certaine façon n'a plus besoin d'un support matériel pour exister. L'univers réel peut disparaître, le virtuel poursuivra son expansion. Eternellement. Paul Durham se demande avec quels êtres peupler sa Création.

La Cité des permutants est probablement le livre le plus novateur de ces dix dernières années. Greg Egan, Australien, est l'étoile qui monte au firmament de la science-fiction mondiale.



Annotations diverses :

Critique :

La Cité des Permutants est un roman absolument passionnant et novateur, il faut savoir toutefois qu'il s'agit d'un ouvrage dense et très complexe ce qui rend sa lecture assez ardue. L'auteur se perd dans des spéculations scientifiques qu'il ne vulgarise pas, rendant ainsi certaines parties quasi incompréhensibles pour ceux qui ne possèdent pas une vaste culture scientifique. Il faut donc s'accrocher pour suivre le déroulement de l'histoire.

Pourtant, il n'en reste pas moins que Greg Egan nous livre ici une oeuvre aux perspectives étourdissantes, construite autour d'une intrigue passionnante. Rarement, la biotechnologie et le thème des réalités virtuelles ont été traitées avec autant de brio dans un ouvrage de SF. On peut presque affirmer que l'on se trouve devant l'oeuvre d'un visionnaire qui dépasse les catégories du cyberpunk, devenues à présent classiques. Chez G. Egan, la réalité virtuelle ne représente pas quelque chose qui menace la réalité physique, mais devient un cosmos à part entière, fonctionnant selon ses propres lois. Il rend totalement flou la frontière entre l'intelligence artificielle et l'intelligence biologique. Bien sûr, cela n'est possible qu'à partir d'un postulat : l'esprit, la conscience, les pensées d'un homme, sont le résultat de la configuration matérielle du cerveau et il suffit de reproduire numériquement cette configuration pour obtenir un clone numérique parfait.

Ce qui, malgré tout, ne va pas sans poser de problèmes existentiels aux copies. G. Egan nous présente ainsi le destin de plusieurs de ces copies qui, pour la plupart, éprouvent une nostalgie de l'univers physique et décident de construire, de façonner autour d'eux la réalité virtuelle pour qu'elle ressemble le plus à l'univers physique de leur original.

Mais, vivre dans un univers virtuel est déstabilisant, certaines copies ne le supportent pas et décident de se "suicider" plutôt que de vivre cette existence. D'autres choisissent de couper tout contact avec leur passé biologique, pour tirer pleinement parti des possibilités offertes par le virtuel, changement de l'apparence de leur corps, modification de leur environnement, programmation de nouvelles capacités artistiques, scientifiques et autres dans leur cerveau. Enfin, certains choisissent de revivre encore et encore, certains événements traumatisants de leur ancienne existence dont la mort n'a pas pu les débarasser. En cela, les destins de toutes ces copies sont absolument fascinantes.

L'auteur montre aussi que les conditions de vie des copies ne sont pas les mêmes selon les revenus qu'ils possèdent, une véritable inégalité sociale subsiste dans les mondes virtuels. Ainsi, par exemple, les fortunés peuvent accéder à plus de puissance de calcul de leur être que les autres, leur permettant ainsi de "tourner" suffisamment vite pour entrer en contact avec le monde physique.

La Cité des Permutants est un ouvrage à lire pour découvrir une SF qui fait sauter les cadres classiques de la problématique des réalités virtuelles, en rappelant, qu'il s'agit d'un roman difficile à aborder, certains passages risquant même de demeurer obscurs pour la plupart des lecteurs.

Jeremy BLAMPAIN




 

Note moyenne donnée par les internautes :  ( 2 votes )

Pas terrible ! halrick  le 20/04/2013 > Bof
Totalement indigeste, je confirme. On ne s'attache pas aux personnages. Le concept est intéressant, mais l'histoire ne prend pas. On désespère d'arriver à la fin, et pour ma part j'ai abandonné en cours de route.
 
Pas terrible ! Hervé  le 07/05/2011 > mouais
Livre bien écrit mais totalement indigeste pour moi.
j'aie vraiment pas accrocher
 




Accueil | Collections | Auteurs | Science-Fiction | Fantasy | Fantastique | Horreur
| Admin | Infos | Info légales
©2004-2019 PocheSF.com