Livres de poche de Science-Fiction, Fantasy, Horreur et Fantastique
News, Parutions, Bibliographies, éditeurs, Top
Science-Fiction
Fantasy
Horreur
Fantastique
Liste des auteurs
RECHERCHE PAR TITRE    

Cycle de Fondation (2) - Fondation et Empire

( Foundation (4) - Foundation and Empire )
Incontournable

couverture
Illustration : illustrateur


MEILLEUR LIVRE DE SCIENCE-FICTION
Position actuelle : 40
Voter pour ce livre
Nombre de votes : 888
Auteur :Isaac ASIMOV
Année de création : 1952
Sous-genre : Space Opera - Hard Science
Edition :
2000Folio( n° 2 )
2009Folio( n° 336 )
 
Quatrième de couverture :

Tandis que les crises qui secouent l'Empire redoublent de violence et annoncent son effondrement définitif, la Fondation créée par le psychohistorien Hari Seldon pour sauvegarder la civilisation devient de plus en plus puissante, suscitant naturellement convoitises et visées annexionnistes. En tout premier lieu, celles de Bel Riose, jeune général qui voit dans les secrets détenus par la Fondation le moyen de monter sur le trône.

C'est alors qu'apparaît un mystérieux et invincible conquérant, surnommé le Mulet, que le plan de Seldon n'avait pas prévu...

Figure emblématique et tutélaire de la science-fiction, Isaac Asimov (1920-1992) s'est imposé comme l'un des plus grands écrivains du genre par l'ampleur intellectuelle de ses créations littéraires. Il se rendit mondialement célèbre grâce aux séries Fondation et Les Robots.


 

Note moyenne donnée par les internautes :  ( 4 votes )

Incontournable katia  le 19/10/2010 > splendide
Ce deuxième volet du cycle de fondation est toujours aussi prennant. L'histoire s'intensifie avec la venue d'un nouveau personnage aux pouvoirs dérangeant... du grand art !!!
 
Incontournable   le 04/08/2010 > Ah, enfin le Mulet
Bel Riose et le Mulet, tout simplement les deux plus charismatiques et dangereux adversaires de la Fondation font donc leur apparition dans le second volume du cycle de Fondation. Le premier, général d’un Empire Galactique en pleine décomposition, le second, mutant aux pouvoirs psychiques insoupçonnés et imprévisibles, tous deux, conquérants géniaux, donneront bien du fil a retorde à une Fondation en pleine essor, mais encore loin, très loin, du second Empire Galactique annoncé par Hari Seldon. Ces deux protagonistes qui écrasent littéralement, et a juste raison, tous les autres dans ce tome, sont les personnages principaux de ce qui m’est apparu comme le point d’orgue d’une saga tout bonnement parfaite de bout en bout, d’un classique du genre comme on n’en voit rarement.

Il n’est pas évidant, au bout de plusieurs semaines, de devoir écrire après coup les critiques de plusieurs livres ; étant a l’heure actuelle dans les dernières pages du dernier volume de Fondation, ce deuxième tome, Fondation et Empire, est désormais loin dans ma mémoire, et de toutes évidence, la critique que j’aurais put écrire si je venais a peine de finir ce tome, aurait été d’un tout autre acabit et la qualité, bien meilleure. Mais bon, les choses étant ce qu’elles sont, je vais donc essayer de faire au mieux, ne serais ce que pour rendre justice a un cycle, considéré par beaucoup comme le plus grand cycle de SF de tous les temps, et plus précisément a ce second tome qui le mérite amplement.

Avant toute chose, il faut reconnaître la maitrise absolue d’Isaac Asimov dans Fondation ; en toute franchise, ce n’est pas tous les jours que, en lisant une œuvre, il m’arrive de me dire : « mais tout de même, c’est du très lourd ca ! ». Du très lourd, du bon, de l’excellent, je pourrais en rajouter des tonnes mais en gros, vous l’avez compris, Fondation et Empire (et la saga dans son ensemble), m’a procurer un plaisir de lecture rarement atteint : tant dans le fond que dans la forme, on nage en pleine perfection et si certains, comme je l’avais déjà dit dans la critique du premier volume ; trouveront peut être à redire quand au style parfois « vieillot » de la chose, cela est plus dut a une habitude littéraire qui font que les œuvres modernes ont bien évoluer depuis l’époque dorée des débuts. Un exemple, un seul : de nos jours, tant dans la SF que dans la Fantasy, l’amateur du genre se retrouve devant des productions composés de cycles en je ne sais combien de volumes, chacun épais de six cent ou sept cent pages minimum, ce qui peut donner au final des monstruosités de deux mille, trois milles pages ou plus même. Si l’on compare à Fondation (puisque c’est ce qui nous préoccupe aujourd’hui), la différence est notable, même avec les ajouts plus tardifs des deux derniers tomes. Et si dans le cas de l’œuvre d’Asimov, le lecteur moderne se retrouve avec une suite de nouvelles plus ou moins longues, cela ne signifie en rien que celles-ci soient inférieurs aux productions modernes, qui fourmillent de détails a chaque page, de discussions et d’explications en tous genres, au point de parfois, faire qu’il ne se passe pas grand-chose entre un tome et le suivant. Certes, je ne dis pas par la qu’avant, c’était forcement mieux, après tout, il existe d’excellents bouquins construits de cette façon, sauf que, bien trop souvent, une bonne partie de la production moderne ferait mieux d’être bien plus courte. Allez directement au but est parfois préférable. Mais bon. Quoi qu’il en soit, en lisant ce Fondation et Empire, et en le comparant avec d’autres titres plus récents, je n’ai pas put m’imaginer de deviner en combien de volumes les deux nouvelles qui le composent, auraient été nécessaires s’il avait été écrits de nos jours ?

Ce long aparté mis a part, comment ne pas vous parler de ce deuxième volume si fascinant, tant par ses protagonistes, Bel Riose et le Mulet, donc, que par ses intrigues bourrée de rebondissements en tout genre, de faux semblants et d’un sens inné d’Asimov pour noyer le poisson jusqu’au coup de théâtre final. Car franchement, dans un cas comme dans l’autre, mais surtout dans le premier, on se demande bien comment la Fondation va pouvoir s’en sortir, et puis, d’une façon qui en surprendra plus d’un, hop, une fois de plus, Hari Seldon avait vu juste et son mystérieux plan va pouvoir continuer, inlassablement, malgré les difficultés. Ceci est particulièrement vrais dans la première nouvelle, où Bel Riose, le plus grand des généraux de l’Empire, certes moribond mais qui n’en reste pas moins largement supérieur en force a la Fondation, est sur le point de la faire plier, avant d’échouer, d’une façon surprenante, certes, mais tellement logique et évidant que je n’ai pas put me dire qu’Asimov avait fait très fort ; pourquoi faire compliquer quand la simplicité est au rendez vous ? Et surtout, quand celle-ci donne de bien meilleurs résultats. Dans le cas du Mulet, c’est différent puisque, petit spoiler, la Fondation tombe sous son emprise, et du coup, on n’en vient a craindre véritablement pour le plan de Seldon pour la première fois. Mais une fois de plus, Asimov nous offre là un récit d’un grand intérêt, et ce malgré les apparences : après tout, nous n’avons la qu’une vulgaire quête pour essayer de faire tomber ce formidable conquérant qu’est le Mulet. Mais cette fois ci, nos certitudes tombent puisque depuis les débuts du premier tome, l’on nous garantissait que la psychohistoire ne prenait en compte que les évolutions futures d’une masse importante humaine (plusieurs milliards), et en aucun cas des individus séparés ; or là, c’est un petit nombre très réduit sur qui va reposer le sort de la galaxie toute entière. Le plan serait-il donc à revoir ? Disons plutôt que les apparences sont bien plus trompeuses que l’on pourrait le croire…

Au final, Fondation et Empire est tout bonnement un chef d’œuvre, et je pèse mes mots, dans la lignée du premier tome, qui brille tant par ses protagonistes principaux (dont les deux plus marquants, Bel Riose et le Mulet, dont je vous laisse deviner l’identité même si ce n’est pas si difficile que cela) que par son intrigue qui vous tiendra en haleine de bout en bout. Personnellement, il m’aura captivé et fait passer un excellent moment et je ne saurais trop que vous le conseiller, surtout que l’on commence à découvrir, petit a petit, des indices sur la mystérieuse seconde Fondation
 
Incontournable eddie  le 27/12/2008 > Trop bon
Captivant d'un bout à l'autre, un univers richement construit, une"mule" énigmatique à souhait, des personnages dépassé par l'enjeu galactique, Asimov crée ici une mythologie à part entière dans laquelle on plonge avec délectation.
 
Incontournable   le 27/07/2005 > Référence bis
Egal au premier livre, à lire absolument.
 




Accueil | Collections | Auteurs | Science-Fiction | Fantasy | Fantastique | Horreur
| Admin | Infos | Info légales
©2004-2017 PocheSF.com